Le rôle des femmes à la
fondation de Montréal

« Jeanne Mance, Marguerite Bourgeoys et les pionnières de la Nouvelle-France »

Il sera question de courage, de bravoure, d’endurance, d’audace, de fermeté, de bonté, d’altruisme, de respect, et plus encore, avec dame Jeanne Mance, Marguerite Bourgeoys et leurs bienfaitrices. Elles ont bravé et vaincu de nombreuses adversités, familiales, sociales, ecclésiastiques et autres pour devenir fondatrices de Montréal, fondatrices de communautés enseignantes et soignantes et façonner la naissance de notre société. Elles auront grandement contribué à la fondation de ce pays en Amérique. Ce sera surtout l’occasion de jeter un regard contemporain sur le caractère inouï, pour leur époque, du destin héroïque qu’elles ont librement choisi. Leur folle entreprise, laïque et mystique, étrangère à toute recherche d’or et d’argent, aura marqué d’une empreinte, inusitée ailleurs dans le monde, la naissance de ce pays.

CONFÉRENCE

Louise Harel

Louise Harel est titulaire d'un baccalauréat ès arts du Séminaire Sainte -Thérèse en 1965 et d'une licence en droit de l'Université de Montréal en 1977. Elle est membre du Barreau depuis 1978. À sept reprises consécutives entre 1981 et 2007, elle a été élue députée péquiste à l'Assemblée nationale dans Maisonneuve et Hochelaga -Maisonneuve. Elle a occupé diverses fonctions parlementaires et ministérielles, telles que présidente de la Commission de l'éducation, Ministre de l'Emploi et de la solidarité, Ministre d'État aux Affaires municipales et présidente de l'Assemblée nationale. Elle a aussi été la première femme à présider l'Assemblée parlementaire de la francophonie (AFP). En 2005, elle a été nommée Chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale. Entre 2009 et 2013, elle a présidé le parti municipal Vision Montréal et a été Chef de l'opposition au conseil municipal de Montréal. En 2004, elle a été reçue la grand-croix de l'Ordre de la Pléiade. Elle a aussi été honorée par l'Amicale des anciens parlementaires et par l'Association des diplômés en droit de l'Université de Montréal.

CLAUDE GRAVEL
Journaliste et auteur Photo
Jacques Migneault

Une féministe en robe noire

Mère Sainte-Anne-Marie, qui a été membre de la Congrégation de Notre-Dame de 1880 à 1937, a lutté toute sa vie pour assurer l'accession des jeunes filles aux études supérieures. À cette fin, elle a fondé en 1908, non sans difficultés, le premier collège classique féminin au Québec, Marguerite-Bourgeoys. Elle a pris par la suite des années à fonder, en 1926, l'Institut pédagogique de Montréal, première école normale supérieure où les institutrices, religieuses comme laïques, pouvaient aller se perfectionner. En 1929, elle a été la première femme à faire partie de la Commission pédagogique de la Commission des Écoles catholiques de Montréal, poste qu'elle occupera jusqu'à sa mort.

Qu'est-ce qui a motivé cette femme exceptionnelle? Qui ont été ses principaux alliés? Quel a été son héritage?

Journaliste de carrière, Claude Gravel a été directeur de l'information à La Presse durant les années 1980, puis éditeur adjoint et rédacteur en chef au quotidien Le Soleil de Québec. Au milieu des années 1990, il est devenu secrétaire de rédaction à la télévision de la Société Radio-Canada, au Réseau de l'information et au Téléjournal. Il a quitté Radio-Canada en 2008 pour se consacrer à l'écriture. En 2010, il a publié La Vie dans les communautés religieuses, puis, en 2013, La Féministe en robe noire - Mère Sainte-Anne-Marie et en 2015, Raymond Gravel - Entre le doute et l'espoir aux Éditions Libre Expression.

Léa Cousineau

Issue du milieu de l'éducation, Mme Cousineau fut la première présidente du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM) fondé il y a 40 ans. Elle fut élue une première fois en tant que conseillère municipale en 1986, année où Jean Doré est devenu maire de Montréal et s'est aussitôt jointe au comité exécutif de la Ville. Première femme à avoir présidé le comité exécutif de la Ville de Montréal en 1990, Léa Cousineau affiche un long parcours au service du mieux-être de ses concitoyennes. Durant ses deux mandats, elle s'est occupée activement des questions féminines. Plus tard, Mme Cousineau a été directrice de l'Institut de recherches et d'études féministes de Montréal, avant d'être responsable, pendant cinq ans, du Secrétariat à la condition féminine du gouvernement du Québec. Elle a reçu le titre de chevalière de l'Ordre national du Québec en 2013. Elle vient d'être nommée Bâtisseuse de la Cité 2015 par la ville de Montréal.

Conférence portant sur " Le rôle des femmes dans le Montréal d'aujourd'hui "

Mme Cousineau parlera de son expérience au municipal en tant que femme, de l'évolution qu'elle a été à même de constater pendant son parcours et de ce qu'il reste à accomplir. Elle nous partagera ses réflexions sur l'importance des femmes dans le monde municipal, et plus généralement, dans le monde politique. Il sera question de leur apport et de leur vision spécifique en politique, des conditions favorisant leur engagement et des qualités que doivent posséder les femmes évoluant dans ce milieu.

INFO

14 mars 2016, à 19h

Collège Villa-Maria

Salle Thérèse-Casgrain

Pavillon Marguerite-Bourgeoys

 



Participant 1